154 éme Vente des Hospices de Beaune

Cela aurait pu être un banal week-end de Novembre.

Mais, par chance, exceptionnelle, j’ai été cette année invitée à la vente des vins des Hospices de Beaune. Et quelle chance. Tellement chanceuse (je me repète) que je n’ai pas trop rechigné à me lever un dimanche matin matin pour aller prendre le train quand le tout Paris mondain dort encore. Réveil douloureux. Comment vais-je faire pour sortir de mon lit alors qu’une partie de mon corps colmate encore et que l’autre partie (la tête) se dispute l’oreiller avec une bande de nains, croisée dans une bouteille de champagne la veille. Il me faut me débarrasser de mes démons « grasse mat »car il est hors de question que je rate une miette, ou plutôt une goutte de Beaune! L’enclume que je suis se lève, et, ni une ni deux, me voilà à Beaune, capitale de ma Bourgogne. A peine arrivée Eric m’annonce qu’il n’assistera pas au déjeuner presse, en gros, je vais me retrouver seule, comme une femme seule, au milieu d’une horde de journaleux prétentieux et tous spécialistes en la matière, laquelle? On ne sait pas encore. Me voilà devant l’entrée principale des Hospices, avec mon accréditation de journaliste (un jour je publierai un article dans la revue de l’école de ma fille ), où l’on m’indique avec un grand sourire que le « déjeuner presse » est dans la salle St Nicolas, la deuxième à droite dans le sens de la visite, « le déjeuner a commencé il y a vingt minutes » précise-t-il. image_5

Qu’à cela ne tienne, je me placerai à côté des Japonais et je serai journaliste allemande de mère indienne. Oubliés le japonais, je m’incruste à une table faisant mine d’être une habituée rédigeant pour les plus grandes revues du vin, plus quotées que le Guide Hachette et autres spécialistes. Outre le fait que je déjeune dans un musée,  je réalise la chance que j’aie. A peine assise, on me propose un Meursault-Genevièvres Premier Cru, Cuvée Philippe le Bon 2011, des Hospices de Beaune. Couleur or, un or transparent, superbement mielleux, sur le fruit, léger en bouche et si puissant que même le verre d’eau avalé après ne peut vous le faire oublier.

photo-5photo-7photo-8

Ma table est une belle surprise, entre autres, une journaliste écrivain, qui a mis sur papier ce qu’on aimerait tous pouvoir exprimer en tant que français passionnés par les vignes, le vin et son histoire. Région, histoire, cépage, anecdotes, la Côte de Nuit comme vous ne l’avez jamais entendu, je me régale. Pour aller plus loi, avant que je ne vous embarque sur des pages et de pages escapadesbourgignone.eu et aussi www.dijonbeaunemag.fr (Novembre 2014 un recueil d’infos sur les ventes des Hospices )

photo-4

Un peu d’histoire tout de même, qui aidera les néophytes à comprendre ma passion d’amoureuse maladroite, et les plus avertis à se replonger dans ce qu’ils ont peut-être oublié. Les ventes des Hospices de Beaune : Chaque 3ème Dimanche de Novembre depuis 154 ans les Hospices de Beaune organisent l’une des plus célèbres manifestations de charité au monde. Histoire des Hospices de Beaune et de la vente aux enchères

Bon, comme je suis toujours aussi bien organisée, je n’ai toujours pas fini l’article, vivement la retraite que je puisse ne faire que ça….

Rendez-vous sur Hellocoton !Partager cet Article
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailby feather

Categories: Bistro