Mariage maison préparation partie 1

Nous vivons dans une époque bien curieuse où l’on ne croit plus au mariage pour la vie mais au mariage de votre vie.

Alors quand la trentenaire parisienne (géographique ) annonce le 17 janvier qu’elle se marie le 20 juin, la réaction de 98% des gens est en général « mais c’est demain ! comment vas-tu faire ?  » « le 20 juin 2015 ? mais vous n’aurez jamais de traiteur » « et vous avez trouvé un lieu ? « .

Si cinq mois c’est demain, alors je vais bien dormir cette nuit.

Oui nous avons un lieu, chez mes parents à #MANOHA , une chance car nous pourrons faire ce que bon nous semble, une fois bien sûr que l’on aura, refait les toitures, abattus certains toits, coupé des stères de bois, refait la bergerie, redressé les murs (j’exagère un peu pour le folklore ), construit un pont levis et bouché les oubliettes.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mais quel bonheur de se marier chez soi.

Et quelle chance aussi car mes parents étaient ravis et surtout complètement impliqués, avec une envie de recevoir qui m’enlevait 80% du travail.

Le traiteur ? C’est maman pour le dîner (c’est simple vous dira-t-elle « il suffit de savoir faire un plat pour 8 personnes, après il n’y a qu’à multiplier les proportions  » Donc gratins d’aubergines, poulet aux citrons, pour 304 personnes, simple bien sûr, il faut juste préparer les 150kg d’aubergines, et en dessert, sa tarte poire chocolat en mousse et des nougatines, et aussi quelques fraisiers, et les mignardises de Mets Délices. J’en ai l’eau à la bouche.

Pour le coktail nous avons choisi le traiteur du coin que nous connaissons bien et qui tout le monde s’accorde à le dire, est excellent. Tout est parfait avec Mets Délices , le service, pas besoin de faire la queue au buffet, les serveurs passent et repassent, la qualité, pas de petits canapés au tarama non merci, chez lui on parle de soufflés aux cèpes, d’un stand jambon serano à la découpe, d’un atelier d’été avec des gaspachos et fruits fraîchement découpés, de fois gras poêlés tièdes etc etc… Je vous en parle mais à part à la dégustation je n’ai rien eu le jour J (si un petit saumon mariné excellent ).

Le DJ ? Oui je sais la musique « c’est vraiment ce qui fait tout ton mariage  » (ah moi qui croyait que c’était aussi la messe, les mariés, la robe, la météo, non c’est la musique, oui la musique, je le sais sera la…je m’égare ). Oui, je ne connaissais pas de prestataire dans la région, je n’ai pas cherché, et je n’ai pas fait venir le dernier DJ en vogue à Paris ou dans les soirées rallye du Berry, car nous avons bien mieux qu’une solution : Pierre Aubrion (c’est le site familial car lui n’en a pas ). C’est un cousin germain, et j’ai promis à mon fiancé qui est très éxigeant pour la musique, qu’il n’avait aucun soucis à se faire, Pierre derrière les platines, c’est ta grand-mère sur la piste à 2h du matin.

La robe ? On fait tout un plat de la robe de mariée, le moindre magasin parisien dans lequel vous prenez rendez-vous en février vous explique à peine installée en cabine, à moitié nue , avec un jupon gris et des chaussures crèmes aux pieds, que « vous vous y prenez très tard mademoiselle, vous savez pour certains de nos modèles il y a un an de délai ». Oui oui je m’y prends tard, mais est-ce ma faute s’il a attendu 3 ans et deux ruptures douloureuses (il faut les émouvoir un peu ) pour me demander en mariage ? (j’ai vraiment dit ça dans une ou deux boutiques et ça me faisait beaucoup rire)

Si je dois vous conseiller une boutique, que dis-je un écrin pour robes de mariées à Paris c’est Nuit Blanche. C’est doux, pas d’agression ou de « dépêchez vous de commander », on se sent unique, seule au monde (ou du moins dans la boutique ) maman pouvait faire ses commentaires elle était reçue comme la mariée, et que les conseillères sont gentilles, et franches… Au moment où je trouve la robe dans laquelle je m’imagines virevolter, que je vois maman me sourire et me dire « je vois ma petite fille se marier », donc au moment où l’émotion nous gagne, je me tourne vers maman et lui dit « en plus je me sens bien dedans, et toute fine, presque mince » BOUM … Une conseillère souriante vient de me faire prendre 25 kg « Oui, elle est magique cette robe, toutes les formes se sentent bien dedans » On en rigole encore.

Donc tout cela pour dire… qu’il y avait ce modèle chez Nuit Blanche, d’une couturière anglaise Stephanie Allin, qui me plaisait beaucoup, mais je voulais aussi qu’Eugénie ma petite soeur, mode désigner, me la dessine. Et puis 3600€ pour une robe… vous imaginez combien d’enfants on nourrit avec une robe?

Donc voilà un aperçu de la robe, les dessins de ma soeurette basés sur ces photos et mes envies. J’ai trouvé le couturier qu’il me fallait, doué, patient, patient et patient, il s’occupait de tout, même du tissu, après un entretien pour faire connaissance, j’ai décidé de lui faire confiance. Le résultat arrive (vous en avez déjà un aperçu dans mon dernier article )

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La déco? La maison elle même est une grande décoration. Mais j’avais tout de même plein d’idées.

Pour les fleurs, nous avons fait travailler la fleuriste du coin, la Fée d’Ay, enfin je suis allée la voir une fois seule, une fois avec maman, en quelques phrases on s’est comprises, pas de grosses fleurs, pour ça on a les hortensias à la maison, des tiges, du gypsophile, de la couleur, mais du champêtre, et surtout : de l’eucalyptus ! Nous avons eu de quoi décorer 32 tables et les 20 premiers bancs de l’église, avec la cueillette des enfants le matin, les hortensias de maman et de madame abeille, une décoration simple et chic pour 150€…

Pour le reste, comme prévu, nous ferons simple.

Des lustres, je laisse papa, mon fiancé, frères et beaux frères gérer, un pont levis, non mais un promontoire pour les discours, rien que ça, des dames Jeanne, je les collectionne, et un thème autour du vin. On a les idées, mais il faut du temps.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ah oui, j’oubliais, les tables, les chaises, les nappes, les assiettes, les couverts… Quand on a pas de traiteur on a Maman ! Oui Anne Richard de Manoha est la meilleure organisatrice de mariage de France et de Navarre (son seul défaut c’est de ne pas connaître excel et faire des partages de fichiers avec son cerveau n’est pas toujours évident)

Mais maman nous a trouvé 350 serviettes de table blanches que Chantou (ma belle-mère a repassées) 34 napes blanches de toutes les formes pour aller avec les tables rondes (achetées sur le bon coin) rectangulaires (empruntées à la mairie ) et portes sur tréteaux (prêtées par la Paroisse de Meyzieu , autrement dit la communauté St Martin dont un des prêtres, mon cousin germain nous mariait).

Les assiettes, alors 100 appartienent à maman, 100 à tante Virginie (la soeur de maman), 100 à Emmanuelle, la belle-mère de ma soeur, et les autres? Aucune idée. POur les couverts c’est pareil, nous avons sortie l’argenterie de toutes les cachettes de maman et complété avec l’inox des voisins (oui j’exagère on a rien pris aux voisins mais aux cousins )

Les chaises nous ont peut-être valu quelques tensions, car ni la mairie, ni la paroisse n’en avait assez. En pleine ardéchoise vous comprenez nous ne pouvons rien faire. Heureusement Paroisse de Meyzieu avait des bancs, ikéa quelques chaises, et des voisins bien sympathiques nous en ont preté 130 à aller chercher la veille à Davézieux.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Si vous voulez voir le résultat il faudra comme moi attendre les photos. Ce qui me fait penser que je ne vous ai pas parlé de la photographe Philippine Chauvin ? Non ça n’est pas une cousine, mais la cousine de très bons amis, ça compte ? Oui d’ailleurs son cousin était notre organiste.

Il me reste donc pas mal de choses à dire, la messe, le livret de messe, la mairie, mes témoins, le cortège, les photos… La suite en deuxième partie ?

Une témoin en or pour mes dernières  minutes demoiselle

Une témoin en or pour mes dernières minutes demoiselle

 

Rendez-vous sur Hellocoton !Partager cet Article
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailby feather

Categories: En Vrac, Non classé, On se marie

2 comments